Logo du MIAC-CCMI

CCMI
La chute de météorite de
St Robert, Québec
par Denis Pagé

Mardi 14 juin 1994, 20h 02m heure locale

Huit heures du soir. A la télévision, une partie de hockey s'apprête à commencer (et je m'apprête à changer de poste...). Soudain, un vacarme surprenant fait trembler mon fauteuil. Impossible que ce soit le vieux tacot d'un voisin qui démarre près de ma fenêtre et parte presque sans bruit. Ni le tonnerre. Pas avec un ciel si bleu ! Un tremblement de terre ? Hum ! Une secousse sismique aussi bruyante se serait répercutée pendant au moins 10 à 20 secondes. Un bang supersonique ? Au dessus de Montréal ? C'est interdit mais c'est ce qui correspond le mieux à ce que j'ai entendu. Reste une autre très rare possibilité : le fracas d'une météorite !

IMAGE: Messieurs Desrosiers, Laliberté et Forcier avec leurs météorites

Photo prise et offerte aux propriétaires par la Mairie de St-Robert

Dans l'ordre habituel : Réjean Desrosiers, propriétaire du plus gros fragment retrouvé, Pierre Laliberté qui trouva le second plus gros et Stéphane Forcier. C'est ce dernier qui découvrit le tout premier fragment quelques minutes après son atterrissage et dont la Presse fit ses premières pages.

Mais où est donc St-Robert ?...

IMAGE: Vue aérienne de St-Robert

Photo: Denis Pagé

Comme bien des villages Québécois, le village de St-Robert est situé à une croisée de chemins. Et plus exactement à la latitude 45° 57m Nord, longitude 73° 00m Ouest.

Tous les fragments retrouvés se situaient au sud de la route qui apparaît verticalement sur cette image. Il n'est pas impossible que des fragments plus gros puissent se retrouver plus au nord où peu de recherches furent effectuées mais d'après les témoignages et observations, tout nous porte à croire que la limite nord se situe à gauche de cette image. C'est juste en haut vers la gauche que fut retrouvé le plus gros fragment (6.5 Kg). Sur cette image, en haut à gauche, le fragment de Pierre Laliberté (5,5 Kg) et à droite, celui de Pascale Valiente (1,5 Kg). Pour un apperçu plus global, consultez l'ellipse de chute.

Bien sûr, ce ne sont pas les trois seuls fragments retrouvés ! Le record de 7 fragments appartient à Pierre Sassville qui pour l'occasion inventa et fournit aux chercheurs un détecteur de météorites inusité. Le fragment de Pascale Valiente présente plusieurs aspects typique d'une chondrite et plusieurs autres...

Vingt fragments totalisant environ 25 Kg de cette météorite ont pu être retrouvés mais l'on estime à une centaine de kilos la quantité totale de matériel qui a pu se rendre jusqu'au sol. Fait à noter, deux témoignages firent état de sons anormaux. Ceux-ci ont la particularité de se produire simultanément avec l'observation du bolide sans égard à la vitesse du son. Dans l'un des cas, c'est ce son qui attira l'attention du témoin et le fit regarder vers le ciel !

La Météorite de St Robert dont c'est maintenant le nom officiel, est la 47ième météorite canadienne (la troisième au Québec) mais seulement la douzième qu'on ait pu associer à une chute de météore. Avant celle-ci, la dernière chute d'un météore est celle d'Innisfree, tombée le 5 février 1977 et retrouvée grâce au projet canadien d'observation et de récupération de météorites (PORM), dirigé par Ian Halliday.


Plume et papier Je vous invite à me faire part de vos commentaires.
Denis Pagé

© Tous droits réservés, CCMI, 1994-1996.
Il vous est cependant permis d'inclure dans vos propres documents des liens vers ceux-ci.